Toile de 10 mètres.  X 1. 65 m
Des silhouettes sont présentes dans ma peinture depuis plus de vingt ans, elles sont caractéristiques de mon travail, elles sont apparues naturellement avec ma série “Société” débutée au Mexique en 2001 et “Empreintes” lors de ma résidence à Sanary ( 2016 2017). En groupe, en couple, isolées ou en famille, monoparentale, migrants, guidées par un leader, ….elles figurent inconsciemment et symboliquement un cliché de notre société à un temps donné.  J’ai peint la toile en me remémorant le printemps dernier (1er confinement), alors que la nature explosait, libérée, l’homme errait, stupéfait d’avoir perdu cette liberté qu’il avait crue acquise. En petit groupe familial ou seul, il parcourait la colline en floraison.